logo
Avec le soutien de :

MEIEDGCIS

Travail des métaux, sous-traitance industrielle

ISM
Tableau économique de l'artisanat - Cahier 2 : Les secteurs et métiers de l'artisanat en perspective. - Paris : ISM, 15/09/2016, 57p. (Etudes et recherches).
Le cahier II du Tableau économique de l'artisanat dresse un bulletin de santé des secteurs de l’artisanat et pointe les métiers porteurs en matière d’emplois salariés ces cinq dernières années.
Les 350 activités de l’artisanat ont connu un essor du nombre de leurs entreprises, mais plus rarement des emplois salariés.
Au total, sur la période 2009-2014, le tissu artisanal s’est enrichi de 190 000 entreprises, principalement dans les services et le BTP. Mais, dans ces années de morosité économique, la création d’entreprises s’est peu accompagnée de création d’emplois salariés. Fait paradoxal, ce sont d’ailleurs les activités artisanales de l’alimentation – moins prolifiques en nouvelles entreprises – qui affichent un solde positif en matière d’emplois salariés.
Commander sur le site de l'ISM : http://ism.infometiers.org/ISM/Publications/Ouvrages/Tableau-economique-de-l-artisanat-Cahier-2-Les-secteurs-et-metiers-en-perspective?from=liste&offset=0&classification=12
Voir aussi le "Baromètre de l'artisanat" sur les chiffres des métiers et secteurs : http://ism.infometiers.org/ISM/Barometre-de-l-artisanat/Les-chiffres-des-metiers

COUE Daniel
La sous-traitance en France.- in : Note de conjoncture, novembre 2015, 10p.
En 2014, le nombre de sous-traitants employant moins de 20 personnes s'élève à 24 628, et leurs effectifs à 106 328 personnes. En ligne sur le site du Midest : http://www.midest.com/REF/REF_Midest/documents/La%20sous-traitance%20industrielle%20en%20France%20-%20Novembre%202015.pdf?v=635924477328137330

ISM
Tableau de bord des entreprises artisanales de sous-traitance industrielle.- Paris : ISM, 2014.- 58p.(Etudes et recherches (ISM))
Le tableau de bord, réalisé par l'Institut Supérieur des Métiers, en partenariat avec le réseau des Chambres de Métiers et de l'Artisanat, fournit des chiffres clés sur les entreprises artisanales de sous-traitance industrielle en 2013 (démographie, répartition territoriale des activités, emploi et performances économiques).
Un dossier sur les pratiques et les besoins de financement de ces entreprises alimente également le tableau de bord.
Près de 80 % des entreprises de sous-traitance sont artisanales. Elles emploient 130.000 actifs et réalisent un chiffre d’affaires de 13,4 milliards d’euros.
L’enquête montre la persistance des savoir-faire territoriaux et des bassins de compétences développés par ces entreprises, mais révèle également leur fragilité économique.
En 2013, 41 % des entreprises font le constat d’une dégradation de leurs marges, 37 % des entreprises sont dans une situation financière préoccupante ou très préoccupante. La trésorerie est particulièrement tendue : 38 % des entreprises font état de difficultés.
Enfin, l’enquête confirme les besoins élevés de financement de ces entreprises, notamment en mière d’investissements. Le recours aux prêts bancaires est deux fois plus fréquent que dans les autres secteurs de l’artisanat.
En ligne sur le site de l'ISM : http://ism.infometiers.org/ISM/Publications/Ouvrages/Tableau-de-bord-des-entreprises-artisanales-de-sous-traitance-industrielle?from=liste&offset=0&classification=10

SENAT et BOURQUIN Martial
Les relations entre donneurs d'ordre et sous-traitants dans le domaine de l'industrie.- Paris : SÉNAT, 2013.- 100p.
Le rapport réalisé à la demande du Premier ministre évalue la pertinence des outils actuels de gestion des relations entre donneurs d'ordres et sous-traitants dans l'industrie française. Insuffisamment appliqués, les outils législatifs existants laisseraient persister des mauvaises pratiques en matière de délais de paiement ainsi que des pratiques abusives, recensées par la Médiation des relations inter-entreprises. Le rapport émet donc des propositions d'actions de l'Etat : action de clarification du calcul des délais de paiement et renforcement de l'efficacité du dispositif actuel ; impulsion par la loi de contrats de filières pour encadrer les relations de sous-traitance, avec le soutien des organisations professionnelles ; redéfinition de la place des fournisseurs dans le cadre des procédures collectives. En ligne sur le Portail du Ministère de l'Economie et des Finances : http://www.economie.gouv.fr/files/2013_rapport_senateur_bourquin.pdf


INSEE
La sous-traitance industrielle en chiffres.- in : INSEE, 01/10/2009, 26p.
En 2007, 3 961 entreprises françaises du secteur de la sous-traitance industrielle emploient 353 542 salariés, et réalisent un chiffre d'affaires de 49 122 M€. La Région Rhône-Alpes rassemble les plus gros effectifs (17 % du secteur). Les petites entreprises ont tendance à se regrouper pour pouvoir répondre aux demandes des donneurs d'ordre, et conserver leurs marchés, malgré une baisse de leur rentabilité. Elles travaillent essentiellement pour les secteurs de l'automobile et de l'aéronautique. En ligne sur le site de l'Insee : http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/panorama-industrie/midest_09.pdf

 

EIM et IKEI RESEARCH
EU SMEs and subcontracting - Rapport final.- Bruxelles : COMMISSION EUROPEENNE, 2009.- 119p.-
Le rapport dresse une vue d'ensemble au plan qualitatif et quantitatif de la sous-traitance des PME dans l'Union européenne, avec un focus sur trois secteurs d'activité : automobile, construction navale et équipement marin, construction. Il s'appuie sur des entretiens avec des experts, une revue de la littérature et une enquête auprès de PME de pays membres pour présenter les raisons à l'origine de la sous-traitance, les dernières tendances, les possibilités, les avantages et les difficultés pour les PME sous-traitantes. En 2009, on compte environ 3,7 millions de PME sous-traitantes dans l'Union européenne, soit 17 % de l'ensemble des PME. En ligne sur le site de la Commission européenne, le rapport final (en anglais) : https://ec.europa.eu/growth/sites/growth/files/docs/body/eu-smes-subcontracting-final-report_en.pdf


• Evolution des marchés


Crédit Agricole
Décolletage.- Paris : jesuisentrepreneur.fr 16/04/2016.- mult.p.
Le secteur du décolletage compte 580 entreprises en 2015 (source INSEE). Les entreprises artisanales y sont très spécialisées. Etroitement liées à l'industrie automobile, elles sont impactées par la crise économique et tendent à se regrouper pour constituer des entités de taille moyenne. En ligne sur le site jesuisentrepreneur.fr : https://www.jesuisentrepreneur.fr/informations-sectorielles/artisanat/decolletage

 

Crédit Agricole
Chaudronnerie - Tuyauterie.- Paris : Jesuisentrepreneur.fr, 15/04/2016.- mult.p.
Le secteur de la chaudronnerie-tuyauterie compte 5 817 entreprises en 2015 (source : INSEE). La crise économique a pour conséquence de ralentir les investissements des industries clientes provoquant une baisse de la croissance du chiffre d'affaires de la profession. En ligne sur le site jesuisentrepreneur.fr : https://www.jesuisentrepreneur.fr/informations-sectorielles/artisanat/chaudronnerie-tuyauterie 

 

Crédit Agricole
Mécanique générale- Paris : Jesuisentrepreneur.fr, 16/11/2015.- mult.p.-
Le secteur de la mécanique générale compte 6 863 entreprises en 2014 (source : INSEE). Les petites entreprises du secteur sont souvent sous-traitances de 2ème et 3ème niveau. En ligne sur le site jesuisentrepreneur.fr : https://www.jesuisentrepreneur.fr/informations-sectorielles/artisanat/mecanique-generale

 

BIPE et Observatoire de la Métallurgie
La filière automobile "amont" : Etude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional. Rapport final.- Paris : Observatoire de la Métallurgie, 2013.- 132p.
L'Observatoire de la Métallurgie dresse un état des lieux des besoins en compétences dans la filière automobile amont, présente deux scénarios d'évolution macroéconomique à l'horizon 2020 au niveau national et dans différentes régions : Alsace, Franche-Comté, Ile-de-France, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Rhône-Alpes. Bibliographie incluant des études régionales. En ligne sur le site de l'Observatoire de la Métallurgie : http://www.observatoire-metallurgie.fr/etudes/le-secteur-automobile-amont-etude-des-besoins-de-competences-actuels-et-futurs-au-niveau

 

CESE EUROPEEN, GARCIA-CARO Rodriguez
Avis du Comité économique et social européen sur le thème "Mutations et perspectives du secteur du travail des métaux".- in : JOUE C, 17/02/2011, n°51, 7p.
L'avis du CESE sur le secteur du travail des métaux souligne entre autres son importance stratégique, son manque de visibilité (confusion entre secteur du travail des métaux et production de métal), son déficit d'image. Il met également en avant l'importance de disposer de travailleurs qualifiés en suffisance, la nécessité d'allouer davantage de crédits européens à la recherche dans les secteurs de la production des métaux et du travail des métaux. Il recommande notamment d'appliquer le principe de la "priorité aux PME", de fournir des mécanismes de financements adéquats en particulier pour les PME du secteur. En ligne sur le site d'Eur-lex : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2011:051:0008:0014:FR:PDF

 

CESE, Clément Martine
L'avenir des industries mécaniques.- Paris : CESE, 2009, 234p.
« La mécanique française occupe le 6ème rang mondial. Elle est constituée en 2007 de 7 068 entreprises de plus de vingt salariés, soit 38 % des entreprises de l'industrie, essentiellement des PME, réparties sur l'ensemble du territoire ». (...) « De nombreuses initiatives de programmes collectifs ont également été menées dans des pays européens, en particulier en Autriche, Finlande, Suisse, Danemark, afin d'inciter les PME de mécanique à progresser ensemble, tisser des liens, nouer des alliances, fusionner. Les plus récents programmes en cours de lancement étant le programme « Innovative Metall » en Autriche pour les industries mécaniques de ce pays afin qu'elles progressent ensemble sur leur capacité d'innovation et le programme « Arvenir en entreprises » en France pour les PME du décolletage de la vallée de l'Arve, pour les accompagner dans leur stratégie et une relation partenariale »En ligne sur le site du CESE : http://www.lecese.fr/travaux-publies/lavenir-des-industries-mecaniques

 

Mis à jour le 20/09/2016